Aider votre enfant à se faire des amis

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on Google+

Certains enfants semblent acquérir des habiletés sociales de façon naturelle, sans trop avoir besoin d’aide. Toutefois, pour beaucoup d’autres, se sentir acceptés et se faire des amis s’avèrent un des aspects les plus difficiles à l’école. Certaines habiletés sociales leur font défaut et doivent leur être expliquées par leurs parents, leurs professeurs ou des conseillers professionnels. Nous portons parfois toute notre attention sur les notes ou cherchons à éviter que notre enfant s’attire des ennuis. Il est cependant important de ne pas oublier que ses habiletés sociales sont aussi nécessaires à son bien-être émotionnel et à son développement que sa réussite scolaire ou son comportement.

Évaluation

La première étape consiste à déterminer où exactement votre enfant éprouve des problèmes. Voici quelques exemples :

  • Commencer un jeu ou amorcer une interaction avec les autres
  • Jouer de façon positive et en coopération (c.-à-d., partager les jouets, demander avant de prendre les choses, suivre l’initiative d’un autre, respecter les règles d’un jeu)
  • Compétences en matière de conversation (p. ex., répondre aux questions et en poser; attendre son tour pour parler)
  • Timidité (p. ex., nervosité en présence de personnes inconnues)
  • Résolution de conflits
  • Empathie (p. ex., un enfant pourrait ne pas réaliser qu’en parlant toujours de ses nouvelles chaussures Nike, cela peut provoquer un malaise chez un autre)
  • Interprétation des signaux sociaux (p. ex., un enfant qui ne cesse de parler d’un sujet qu’il trouve passionnant, sans se rendre compte que la personne à qui il parle commence à s’ennuyer)
  • Régulation émotionnelle (p. ex., piquer des crises lorsqu’il se sent mal, qu’il est en colère ou triste)
  • Parfois, il peut s’agir de problèmes plus complexes, comme la phobie sociale, le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), l’autisme ou un trouble du langage. Si vous, son enseignant ou votre médecin de famille avez remarqué des signaux liés à ces problèmes, il serait sans doute important d’envisager de rencontrer un professionnel pour une évaluation (p. ex., un psychologue ou un orthophoniste).

Intervention

Selon le domaine où vous avez pu déceler un problème, il existe des approches que vous pouvez tenter.

  • Encadrement ponctuel
    • Si votre enfant observe de loin d’autres enfants, ou s’il se tient immobile près d’eux, cela peut indiquer qu’il souhaite se joindre à eux, mais qu’il ne sait pas comment s’y prendre. Vous pourriez l’aider en le conseillant sur ce qu’il pourrait leur dire pour qu’ils l’acceptent dans leur groupe.
  • Planification de rencontres de jeux
    • Les rencontres de jeux permettent à votre enfant de mettre en pratique ses habiletés sociales dans un environnement structuré. Vous pouvez demander à son enseignant avec quel camarade votre enfant s’est lié d’amitié et si ce lien est réciproque. En participant à des activités encadrées, comme un club pour jeunes, des activités sportives ou artistiques, il aura l’occasion d’être entouré d’autres enfants dans un environnement structuré et favorable.
  • Apprentissage par l’observation
    • Encouragez votre enfant à regarder les autres jouer, pendant qu’il écoute la description que vous ou son enseignant faites de l’activité.
    • Lorsque vous regardez un film, exercez-vous à interpréter les signaux sociaux (« Cette conversation semble l’ennuyer. Tu vois comment son corps est de biais et il regarde tout autour de lui? »)
  • Jeux de rôle
    • Les jeux de rôle peuvent servir à enseigner une variété d’habiletés, notamment prendre la parole à tour de rôle ou résoudre des conflits. Votre enfant peut en même temps apprendre des scénarios sociaux applicables à diverses situations (p. ex., « Que dois-tu dire quand…? »)
  • Développement de compétences en régulation émotionnelle
    • Nommez les émotions et aidez votre enfant à faire des liens entre ses émotions, les réactions corporelles et leurs déclencheurs (p. ex., « Tu as le visage rouge et les poings fermés. Tu sembles être en colère. Tu aurais vraiment voulu que ce soit ton tour. »)
    • Mettez des étiquettes sur les émotions des autres, comme les personnages à la télé (p. ex., « Regarde, il pleure et il a la tête baissée. Je dirais qu’il est triste »).Les parents peuvent donner l’exemple en montrant comment ils gèrent leurs émotions (p. ex., en jouant, un parent pourrait dire : « Je suis contrariée que ce soit aussi long avant que ce soit mon tour!! Mais je sais que dès que papa aura terminé, ce sera de nouveau à moi de jouer. Alors je vais simplement attendre et comme ça, on peut avoir du plaisir tous ensemble »).
  • Raconter des histoires
    • Vous pouvez écrire ou trouver des histoires qui enseignent des compétences précises, et les relire avant une rencontre de jeux. Un conseiller en comportement peut vous aider à mettre en pratique cette approche.

Articles connexes :

Nous comprenons que vous désirez un accès rapide à l’information et aux services. Pour commencer, remplissez une demande de renseignements en ligne ici ou composez le 1 866 653-2397. Un membre de notre équipe se fera un plaisir de vous répondre.

woman smiling with her coworkers at a meeting

Tout frais sorti des presses : « Guide sur les avantages des soins multidisciplinaires pour les familles et les enfants »

Téléchargez votre exemplaire dès aujourd’hui!