Autisme et syndrome d’Asperger

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on Google+

Autisme

Pour recevoir un diagnostic d’autisme, une personne doit éprouver des difficultés sur le plan de la communication sociale et manifester des modes comportementaux restreints ou répétitifs (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [DSM-5]). Voici quelques exemples de difficultés sur le plan de la communication sociale :

  • tenir une conversation avec les autres
  • engager des interactions sociales ou y répondre
  • établir un contact visuel lors d’interactions avec les autres
  • comprendre les gestes ou les indices non verbaux
  • maintenir des relations avec les autres

Voici des exemples de modes comportementaux restreints ou répétitifs :

  • comportement moteur ou verbal répétitif
  • inflexibilité face aux routines
  • difficulté à gérer les transitions
  • fixation sur un sujet en particulier
  • sensibilité aux stimulations sensorielles

Trouble du spectre de l’autisme

Pour recevoir un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme, une personne doit éprouver des difficultés sur le plan de la communication sociale et manifester des modes comportementaux restreints ou répétitifs. Ce spectre englobe un vaste éventail de troubles, y compris le syndrome d’Asperger et le trouble envahissant du développement non spécifié.

Avant la publication du DSM-5 en 2013, le syndrome d’Asperger et le trouble envahissant du développement étaient considérés comme des diagnostics en eux même. De nos jours, le diagnostic du trouble du spectre de l’autisme inclut celui du syndrome d’Asperger ou de TED-NSA.

Beaucoup d’idées fausses circulent sur la signification d’un diagnostic d’autisme et sur ce que cela implique au quotidien. En réalité, les personnes ayant reçu un diagnostic d’autisme ont chacune leurs différences, même si elles partagent parfois certaines difficultés semblables afin de répondre aux critères diagnostiques du trouble. Une récente étude menée auprès de gens possédant différents degrés d’expérience ou de connaissances de l’autisme a relevé les idées fausses suivantes (John, Knott et Harvey, 2017) :

  • Toutes les personnes atteintes d’autisme ne s’intéressent pas aux relations sociales.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme n’aiment pas qu’on les touche.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme sont introverties.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme sont incapables de remarquer le rejet.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme possèdent un talent original.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme sont dangereuses.
  • Toutes les personnes atteintes d’autisme sont mentalement instables.

Les découvertes de ces chercheurs montrent que les gens entretiennent encore de fausses croyances à l’égard de l’autisme et mettent en lumière la nécessité de mettre en place des programmes visant à mieux le faire connaître et à réduire la stigmatisation et l’isolation des personnes qui en sont atteintes.

Par : Samantha Herberman et Patty Cloran

Nous comprenons que vous désirez un accès rapide à l’information et aux services. Pour commencer, remplissez une demande de renseignements en ligne ici ou composez le 1 866 653‑2397. Un membre de notre équipe se fera un plaisir de vous répondre.

Autres liens et ressources :
American Psychiatric Association (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e édition). Arlington, Virginie : Elsevier Masson. p. 3-30. ISBN 978-0-89042-555-8.
John, R., Knott, F. J. et Harvey, K. N. (2017). Myths about autism: An exploratory study using focus groups. Journal of Autism, 1-10.

Trouble du spectre de l’autisme

Analyse appliquée du comportement

woman smiling with her coworkers at a meeting

Tout frais sorti des presses : « Guide sur les avantages des soins multidisciplinaires pour les familles et les enfants »

Téléchargez votre exemplaire dès aujourd’hui!